Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

ODE

Dans l’émission « Politiquement (In)correcte » d’Eddy MARAJO diffusée le 5 Octobre dernier sur ZOUK TV , Florent GRABIN Président de l’association Pour Une Martinique Autrement (PUMA) a abordé le sujet de la contamination de l’eau de robinet par la Chlordécone. Plusieurs contre-vérités ou approximations ont été dites. Vous trouverez ci-dessous quelques éléments de compréhension.



· Le biofilm se forme naturellement sur la surface intérieure des canalisations transportant l’eau potable. Le biofilm, à l’instar des cellules de notre corps, se renouvelle régulièrement. Ce biofilm, même s’il contenait de la Chlordécone (ce qui n’est pas démontré par des analyses) ne se décroche pas des canalisations en fonctionnement normal des réseaux. Le biofilm peut être déstabilisé en cas d’augmentation rapide de la vitesse (régime turbulent) de l’eau dans la canalisation. Dans ce cas, le décollement du biofilm provoque une coloration marron de l’eau. En général, cette coloration est une alerte pour les consommateurs qui ne boivent pas cette eau. Les opérateurs des réseaux sont très vigilants sur ce sujet et prennent rapidement les mesures nécessaires (purges) pour évacuer du réseau cette eau dégradée.

· Les photos de l’intérieur des canalisations présentés sont des cas extrêmes. Majoritairement, ce type de dépôt se forme si, au fil des années, les volumes transités sont très inférieurs au dimensionnement des canalisations. La vitesse de l’eau se réduisant fortement, les éléments dissous dans l’eau potable, en fonction de paramètres physico-chimiques, ont le temps de se déposer plus facilement.

· Le contrôle sanitaire réalisé par l’ARS est une application de la législation Française définissant les type d’analyses et la fréquence des analyses des eaux brutes, des productions et des eaux distribuées aux robinets des abonnés. Les contrôles des micro-polluants, dont la chlordécone, sont essentiellement concentrés dans les eaux brutes et les eaux produites. Le législateur considère que si la production ne présente pas de micro-polluants, la distribution n’est pas contaminée.