Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

ODE

1. Couvrir le sol par des paillis (matière végétale épaisse mais laissant passer l’air et l’eau comme la sciure de bois), des engrais verts, des plantes couvre-sol, des plantes de service qui ont des actions purifiantes, voire désinfectantes et qui dégagent des moléculent biocides pendant leur culture ou après enfouissement , comme par exemple : les alliacées (oignons pays, ail..) - les brassicacées (choux, radis, roquette...) qui possèdent l’avantage d’être plus efficace car, en général elles poussent plus vite et produisent plus de biomasse - le piment - les plantes aromatiques telles que gros thym, basilic - les tagètes qui ont des actions repoussantes pour les insectes ravageurs des plantes (oeillet d’inde...).

2. Choisir des plantes adaptées au jardin et les placer au bon endroit. En effet, une plante qui a besoin d’ombre et un sol frais pour se développer sera beaucoup plus vulnérable aux maladies et aux nuisibles si vous la plantez en plein soleil dans un sol sec et si elle ne reçoit pas la quantité d’eau dont elle a besoin, au moment le plus opportun.

3. Privilégiez les plantes résistantes aux nuisibles et aux maladies. Même dans de bonnes conditions de croissance, certaines plantes demeurent particulièrement sensibles aux nuisibles et aux maladies. Pour limiter l’usage de pesticides, la meilleure solution consiste à les remplacer par des végétaux ou variétés plus robustes.

4. Privilégiez les prédateurs naturels aux pesticides. Il suffit pour cela de planter quelques plantes à fleurs produisant du nectar ou des fruits. Ces dernières sont en effet une grande source de nourriture pour les prédateurs naturels des parasites.

5. Privilégiez l’apport en compost. Ceci favorise le développement de l’activité des vers de terre et des microorganismes. En définitive, il fournit les éléments nutritifs essentiels aux plantes.

6. Utiliser des engrais naturels pour entretenir la fertilité du sol. Les engrais naturels servent de compléments aux composts. Ils peuvent être d’origine organique (résidus de végétaux ou d’animaux) ou minérale (roches broyées). Utilisez les :

- Lorsque le sol présente une carence minérale.
- Pour remettre sur pied une plante qui a subi un grand stress (maladie, nuisible, sécheresse, taille de rajeunissement, transplantation).
- Pour les plantes cultivées en pots.

7. Penser à tailler les plantes de manière adéquate. Tailler les branches permet de maintenir les plantes en bonne santé. Il faut éliminer le plus rapidement que possible toutes les branches mortes, malades ou endommagées. Tailler régulièrement les branches favorise une meilleure pénétration de l’air et de la lumière, les rendant moins susceptibles aux nuisibles et aux maladies.

8. Créer un environnement favorable aux plantes et animaux du jardin : haies fleuries et champêtres tapissées de feuilles mortes, fleurs en toute saison, point d’eau permanent dans le jardin, abris à insectes...

Pour éviter les contaminations de plantes à plantes, il faut également essayer :

- d’espacer les plantes au moment de la plantation (en pensant bien que la plante va pousser et donc prendre de plus en plus de place), quitte à les déplacer une fois qu’elle s’est bien développée.
- d’alterner dans l’espace les familles de plantes.

9. Utiliser des outils adaptés et propres. Travailler avec un matériel propre permet de prévenir ou du moins d’atténuer certains problèmes en éliminant les foyers d’infestation. Pour cela, il faut :

- désinfecter vos outils régulièrement pour éliminer les bactéries, les virus ou les spores de champignons qui se transmettent d’une plante à l’autre ;

- supprimer les débris végétaux atteints d’une maladie ou infestés de ravageurs ;

- couper les herbes indésirables avant qu’elles ne produisent des semences.

10. Utilisez les pesticides à faible impact en dernier recours. Vous pouvez utiliser par exemple le savon herbicide, le soufre ou encore les huiles minérales etc.