Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

ODE

L’objectif de la Directive Cadre européenne sur l’Eau, est d’atteindre le bon état des masses d’eau à horizon 2015, voire 2021 ou 2027.

Des réseaux de surveillance permettent de suivre l’état des masses d’eau et l’impact des activités anthropiques (rejets des eaux usées, industrielles, etc.) sur les milieux aquatiques.

Les stations d’épuration (STEU ou STEP) contrôlent leurs rejets par un dispositif d’auto-surveillance obligatoire. Pour certaines, un suivi du milieu récepteur (rivière ou milieu marin) est imposé dans l’arrêté préfectoral qui autorise l’exploitation de la STEU.

Dans le cadre de l’auto-surveillance, le gestionnaire des Stations de Traitement des Eaux Usées (STEU) doit contrôler le rejet et les rendements épuratoires de sa station. L’auto-surveillance peut être étendue dans certains cas jusqu’au milieu récepteur avec, notamment, des analyses d’eau afin de vérifier l’absence d’impact du rejet sur le milieu.

Au niveau des émissaires marins (canalisations permettant le rejet des eaux traitées en mer), il faut d’une part vérifier l’absence de fuite puis s’assurer de la bonne dilution des effluents, et réaliser un suivi de la qualité des eaux et des milieux environnants afin de s’assurer de l’absence d’impact.